Accueil

Circuit du document

Catalogage

Indexation
Mots-clés
• Indices
RAMEAU

Cotation

Indexation par indices

Principe

L'indexation par indices n'est plus guère pratiquée dans les bibliothèques : autrefois, les bibliothèques qui pratiquaient l'indexation par indices alimentaient un fichier particulier que l'on appelait le "fichier systématique".
Le principe est d'ajouter au document (par exemple sur internet) ou à sa description un code, ou plusieurs, dont la signification est donnée dans une table appelée une classification.

Une classification se présente comme un tableau en deux colonnes : d'un côté les notions, de l'autre leur traduction en indices.
Par exemple, la liste des département français et leur numéro pourrait servir de classification. Tous les documents sur le Var recevraient l'indice 83.

L'indexation par indices a quelques avantages : non-ambiguïté des indices (deux indices n'ont jamais la même signification), possibilité de tris très puissants (on peut trier les documents traitant du même sujet, ou d'un sujet plus général ou plus spécifique) et préparation de la cotation.

Il y a aussi des inconvénients : il faut avoir accès à la classification pour indexer ou pour comprendre l'indice (c'est souvent impossible, même pour un professionnel !), plus ou moins grande précision des indices (ça dépend de la classification choisie).

Tour d'horizon des principales classifications

1. La classification de la Bibliothèque du Congrès (Washington)

C'est la plus ancienne, la plus complète (universelle), la plus souvent actualisée (tous les jours), la plus précise (même des notions complexes, avec relations, comme "pensée et langage", ont un indice).
Elle n'est utilisée qu'aux États-Unis et au Canada, dans les grandes bibliothèques universitaires, pour lesquelles elle est très bien adaptée. Quelques bibliothèques en France l'ont adoptée : Cujas (droit), BU de Nice, Valenciennes, Compiègne... En Belgique : BU de Namur.
Elle a quand même un gros inconvénient : elle n'est pas décimale.

En Unimarc, l'indice LC se met en zone 680.

2. La classification décimale de Dewey

C'est la plus utilisée dans le monde. Elle n'est pas très précise, ce qui la rend bien adaptée à de petites et moyennes bibliothèques. Cependant, en France, la bibliothèque nationale l'utilise pour la cotation, ainsi que la presque totalité des bibliothèques universitaires.
Un gros inconvénient : elle n'est pas gratuitement consultable sur internet. Le prix (2004) demandé par le fournisseur (OCLC) est de 275 dollars pour une personne, et de 600 dollars jusqu'à 9 personnes.
Un autre inconvénient (qui est aussi un avantage) est sa rapide évolution : la 20e édition date de 1989, la 21e de 1996, la 22e de 2003.

En Unimarc, l'indice Dewey se met en zone 676.

3. La classification décimale universelle

Cette classification a été mise au point par Otlet et La Fontaine pour pallier le manque de précision de la Dewey.
C'est une classification parfaitement adaptée à l'indexation : les relations syntaxiques entre les indices sont riches et précises. Mais elle est beaucoup plus difficile à utiliser pour la cotation, ce qui explique peut-être sa disparition au profit de la Dewey.

En Unimarc, l'indice CDU se met en zone 675.

Site de l'éditeur (Céfal) : la dernière édition abrégée est de 2004.

Zoom sur la Dewey

La Dewey est une classification universelle : elle est censée exprimer la totalité du savoir humain.
Les indices sont écrits en chiffres arabes. Les dix grandes classes de la Dewey s'écrivent 000, 100, 200, jusqu'à; 900). Chacune de ces classes est divisée en 10 sous-classes (ce qui donne 100 classes : voir ici les cent classes sur une seule page). Chacune de ces 100 classes est elle-même divisée en 10 rubriques, et ainsi de suite.
En fait, c'est le sens de l'adjectif "décimal" : entre deux indices de même niveau on peut toujours loger 10 autres indices à la décimale inférieure.

À l'intérieur de chaque classe, les indices se suivent de manière séquentielle : 000, 001, 002 etc.
Mais au-delà de la centaine, on met un point et on classe de manière décimale : 340.01, 340.011, 340.02, etc. Pour les indices plus longs, on met un espace entre chaque groupe de 3 chiffres : 346.450 15 = Droit italien de la famille.

Ce système décimal présente d'énormes avantages : il est infini (entre 300 et 301 il y a une infinité d'indices possibles) et il permet de désigner des notions de plus en plus fines à mesure qu'on allonge l'indice (150 = Psychologie ; 150.1 Théories psychologiques ; 150.19 Systèmes, écoles, mouvements ; 150.195 Psychanalyse ; 150.195 4 Théories psychanalytiques de Jung), ce qui permet de "régler" le degré de finesse lors des tris informatiques.

Illustration : La chasse aux papillons en Dewey.

Petit exercice de découverte

La Bibliothèque nationale de France offre une possibilité de recherche par indices Dewey.
Affichez par exemple tous les ouvrages indexés :

  • en 499.52
  • en 150.195 4